« Hold-up » : le documentaire et ses détracteurs.

Depuis la sortie du documentaire « Hold up » on assiste à un déferlement de critiques dont le point commun est de hurler « au complot ! ». Parmi les nombreux détracteurs, nous en avons choisi un (article en annexe1 ). Non pas qu’il soit plus virulent, plus stupide que les autres il est simplement représentatif de cette marée haineuse de « spécialistes » en communication que David Graeber qualifiait de « bullshit job » ou « job à la con ». Tristan Mendès France (TMF) en est un archétype caricatural, un oxymore représenté par une vacuité incarnée.

Notre propos ici n’est pas de défendre « Hold-up » contre vents et marées, nous en ferons nous-mêmes une critique, mais de démonter ces entreprises de prétendus spécialistes de la pensée relativiste post-moderne qui fonctionnent sur un prêt à penser articulé autour de 2 ou 3 arguments.

Reprenons un peu les arguments de TMF.

D’abord, et au cas où le lecteur ne l’aurait pas compris, le reportage « Hold-up » est un « complot » mené par des « complotistes » qui évidemment « complotent ». Les vocables « complot » et « complotiste » apparaissent 19 fois sur un texte de 3 pages. On n’est pas loin de l’adage de Goebels qui prétend que : « un mensonge répété 10 fois reste un mensonge, répété 1000 fois il devient la vérité ». 

Complot, complotiste, comploter … autant de mots valises qui n’ont de sens que celui que leur donne leur utilisateur, cette polysémie caractérise l’amateurisme de ces artisans de la doxa. Parce qu’il faut bien admettre que ces nouveaux chiens de garde n’ont pour autre fonction qu’une fabrication à bas prix d’un consentement affranchissant le citoyen de toute réflexion, étant incapables d’avoir eux-mêmes une pensée critique et créatrice.

En dehors de l’utilisation dans sa forme littéraire et galvaudée par ces iconoclastes germanopratins dont TMF pourrait être le représentant syndical, le complot fait l’objet d’une définition assez claire. Le Larousse nous dit :

« Atteinte aux intérêts fondamentaux de la nation. Résolution concertée de commettre un attentat et matérialisée par un ou plusieurs actes. Par extension, projet plus ou moins répréhensible d’une action menée en commun et secrètement. »

TMF pourrait-il nous signifier en quoi « Hold-up » opère une atteinte aux intérêts fondamentaux de la nation, en quoi « Hold-up » est un attentat, et en quoi est-il secret ?

Franck Lepage expert en bon sens et brillant analyste des mensonges de notre époque dit à juste titre que : « il y a 2 erreurs par rapport à la théorie du complot, la première c’est d’en voir partout, la deuxième c’est d’en voir nulle part ».

En revanche, il apparait clairement que les propos de TMF tiennent du complot contre l’intelligence.

Alors, nous aimerions trouver l’argumentaire dans ces torchons qui démontrent les propos complotistes de « Hold-up ».

Pour être encore plus clair, quand on sollicite l’intelligence on argumente afin de démontrer. Une critique argumentée vise à être comprise de tous et elle montre une résistance aux arguments fallacieux. L’argumentaire est, en logique et en linguistique, un ensemble de prémisses données en support à une conclusion.

Les argumentaires les plus construits suivent des règles précises afin de fournir une preuve. Les auteurs de ces textes dénonçant le « conspirationnisme » ou le « complotisme » qui ont trempé leur plume dans le bran de leur indigence intellectuelle n’ont déjà plus ces exigences depuis longtemps. Ils ont construit leur gloire de médiocres sur le solipsisme le plus écœurant. Ces « experts » d’une époque délétère ne cherchent plus qu’à convaincre ou persuader avec des artifices de rhétorique parfaitement dignes d’un pisse lignes allemand en 1933, un de ces jean foutre que Karl Kraus aurait fustigé avec la plus grande sévérité.

Les biais de la démonstration qu’ils utilisent sont ceux de l’art de convaincre ou de persuader. Persuader consiste à se situer dans le domaine émotionnel, faire appel aux sentiments, à la provocation. Convaincre est l’artifice qui consiste à faire appel à la raison mais sans invoquer de faits. La rhétorique de TMF et des autres croisés du complot de « hold-up » s’inscrit dans ces 2 biais.

Or que constate-t-on dans l’article de TMF ? Un fatras de vérités plaquées comme des évidences.

« … (reportage) fait par des amateurs ». On ne résiste pas à interpeller TMF sur le vocable « amateurs » qu’il semble attribuer avec le plus profond mépris et la plus totale condescendance, vraisemblablement en opposition à « experts », qu’il serait lui-même. La plupart des articles de ces « experts » prétendument scientifiques sont vérolés par leurs intérêts auprès de leurs employeurs ou de leurs bailleurs de fonds pour pressentir leur conclusion. La rigueur scientifique n’est plus qu’une vague référence dans laquelle la plupart de ces menteurs patentés se drapent pour endormir l’imbécile qui leur donne encore du crédit. (Le citoyen atomisé et les experts.).

Il est clair que si on s’en remet aux « experts » de BFM on attendrait encore les témoignages des violences policières lors des manifestations. Il est heureux que le citoyen « amateur » s’empare des armes que l’éditocratie considère comme son monopole.

Exemple de modus ponens que le cuistre n’avouera pas, et pourtant c’est bien là la logique de son fatras discursif :

Si ce reportage a été réalisé par des amateurs alors il est complotiste

Or ce reportage a été réalisé par des amateurs

Donc il est complotiste.

TMF évoque ensuite le « … financement particulier qu’il a utilisé pour se monter … » laissant penser qu’il y aurait encore là matière à s’étonner. Il est assez singulier que ces « experts » en moralité donnent ce type de leçon quand on connaît les auges dans lesquelles ils se nourrissent, de BFM à TF1 en passant par C8.

Ils n’évitent pas les procès d’intention d’une grossièreté affligeante, l’argument selon lequel « il n’y a pas de contradiction… » est assez savoureux. A longueur d’antenne on inflige un panel « d’experts » calamiteux qui se congratulent les uns les autres (« C à vous », « C dans l’air », …) qui acquiescent aux propos de chacun, tant et si bien qu’on se demande si leur principal bailleur de fond n’est pas fabricant de cirage.

TMF, comme ses confrères et consœurs, ne se refusent aucun ridicule. Le point d’orgue est certainement quand ils tentent de démonter la démonstration de « Hold-up », eux qui ignorent jusqu’au fondement de cette discipline. C’est par cet exercice que tous ces bêlants de l’obscurantisme de l’intelligence vont convaincre le public. Heureusement que le ridicule ne tue pas, on serait alors en face d’un nombre de victimes à côté duquel celui du Covid serait relégué au stade d’épiphénomène. Monsieur TMF, requiescat in pace à côté de vos confrères et consœurs.

Reprenez leur développement et lisez leur démonstration à la lumière de leur propos, c’est un exemple parfait de phénomène récursif ! Ils ne se privent de rien, n’ayant finalement pas de contradicteurs.

Selon ces savants de l’ignorance crasse, ce documentaire ne citerait pas ses sources et s’opposerait frontalement aux déclarations des scientifiques. TMF à défaut d’être quelqu’un de sérieux peut revendiquer une expertise que nous ne lui contesterons pas dans le domaine de la blague de fin de repas de noce. Un exemple : Alexandra Henrion-Caude (ex directrice de recherche à l’INSERM et intervenant dans « Hold-up ») s’interroge sur la nature et l’origine de ce virus, se demandant à l’instar de Luc Montagnier s’il n’a pas été artificiellement créé. Selon TMF, qui se révèle peu avare de qualificatifs, ces professionnels du domaine de la virologie sont des « individus folkloriques » et/ou embarqués dans cette vilaine affaire par tromperie de la part des documentaristes. Il se trouve que si TMF s’était un tant soit peu documenté, il aurait écouté cette démonstration qui pour le coup en est une vraie : Alexandra Henrion-Caude : Origine du Sars-cov-2, brevet/scoop, actu 2e vague covid-19 & traitements.

TMF, comme ses acolytes experts en dialectique niveau « Raisonnement pour les nuls », ne se prive pas d’attaques ad hominem de la plus sévère outrance. Douste-Blazy se serait laissé « abuser » par les documentaristes, Mme Henrion-Caude et M. Montagnier des « … individus folkloriques … » quant à Mme Pinçon-Charlot « Elle était même très reconnue, avec un parcours très respectable, mais elle semble avoir « basculé » ces dernières années ». Nous nous sommes interrogés sur la signification de cette phrase syntaxiquement douteuse, mais authentiquement mystérieuse. Il en ressort que Mme Pinçon-Charlot, certainement une des plus brillantes sociologues actuelles et reconnue comme telle, aurait perdu la raison et serait donc dans un état de sénilité avancé. Un gommeux faquin de l’espèce de TMF et consort n’ayant produit que quelques vomissures intellectuelles, s’autorisent à discréditer des professionnels de cette trempe avec des propos à la limite comminatoires, nous touchons là aux sommets de la cuistrerie.

TMF ne se prive pas de l’argument majorant un argumentaire, le fameux point Godwin selon lequel : « Plus une discussion en ligne dure, plus la probabilité d’y trouver une comparaison impliquant les nazis ou Adolf Hitler s’approche de un. ». C’est parce qu’il y avait à Weimar en 1933 des journalistes et des « experts » de la trempe de TMF et ses complices qu’on peut aujourd’hui faire référence au point Godwin. Accuseriez-vous Frédéric Lordon d’avoir atteint le point Godwin pour son article sur Le Blog du Monde Diplomatique « Cap au pire » ? (En annexe 2, dont nous recommandons la lecture).

Qu’entend-on depuis le début de cette pandémie ? Une logorrhée gouvernementale et d’« experts » diafoirus dignes d’une comédie de Molière qui se vautrent dans les contradictions les plus patentes. Accepter comme vraies 2 propositions contradictoires, c’est accepter le tiers exclu. Ce que tout bon scolastique du moyen-âge aurait réprouvé vigoureusement.

« Il ne faut pas porter de masque parce que … », « il faut porter un masque parce que …», « il faut que les français sortent (au spectacle) » (Macron, Février 2020) , « les français vont devoir respecter un confinement » (Macron, Mars 2020). C’est une figure de style dont Macron a souvent fait usage en la masquant sous son désormais fameux « … en même temps … ».

Or il s’avère que les injonctions contradictoires, outre le fait qu’elles ont des effets psychologiques désastreux sur l’auditoire sont des figures discursives dont les effets ont été analysés par Viktor Klemperer dans : « LTI, Lingua Tertii Imperii, la langue du IIIReich », devenu la référence de toute réflexion sur le langage totalitaire. Quand une autorité fait un usage abusif de propos contradictoires qui amène son auditoire à une adhésion, alors il est désormais en capacité de lui faire admettre n’importe quelle thèse. On en parle M. TMF ?

Ensuite, ces maroufles des temps post modernes se vautrent dans le discrédit des réalisateurs qui seraient des habitués des propos conspirationnistes, des sympathisants de « la manif pour tous », des platistes ou on ne sait plus quoi.

Question à M.TMF et autres précieux ridicules, Céline ayant commis des pamphlets abjects tel « Bagatelles pour un massacre » doit-on s’abstenir de lire « Le voyage au bout de la nuit » et de le considérer comme un grand écrivain ? Albert Einstein a salement répudié Mileva son inspiratrice ayant eu une part essentielle dans la théorie de la relativité restreinte, en est-il pour autant un scientifique à bannir ? Messieurs et mesdames les imbéciles inutiles de notre temps, devons-nous vous jeter aux gémonies définitivement au prétexte de vos incuries, vos renoncements, vos trahisons ? Nous nourrissons l’espoir de vous sortir un jour peut-être de votre crasse morale et intellectuelle.

Nous ne sommes pas d’accord sur l’ensemble du reportage, loin s’en faut. L’analyse des causes de cette débâcle sanitaire s’arrête assez vite dans les méandres d’un procès incomplet. Selon nous, ce reportage est d’abord « incomplet » avant d’être « complotiste ». Vous non plus, vous n’en direz pas plus, vous réfugiant derrière une forme de puissance divine et incontrôlée qui nous aurait infligé cette épreuve et qui nourrit la peur dont vous participez à la propagation. Lucrèce dans « de natura rerum » dit : «Ce qui rend les hommes esclaves de la peur, c’est que, témoins de mille faits accomplis dans le ciel et sur la terre, mais incapables d’en apercevoir les causes, ils les imputent à une puissance divine ».

Pourtant, les mille faits vous crèvent les yeux, c’est l’œuvre de ce capitalisme financier, lui-même héritier du capitalisme libéral, concurrentiel et du capitalisme monopolistique, impérialiste et colonialiste. Cette organisation désormais mondiale, multilatéraliste, responsable du désastre de la crise de 2008, de l’accentuation des misères, de la création des travailleurs pauvres, de la déliquescence des politiques de santé publique est bien la cause essentielle de cette situation.

Vos articles, vos propos, sont d’une inutilité criante, étayant la peur instillée par les gouvernements depuis le début de cette pandémie. Nous ne sommes pas virologues, ni médecins, ni épidémiologistes, mais nous sommes des citoyens que vos propos d’une sottise consternante d’ « expert » ne trompent pas.

Avez-vous compris que vous êtes vous-mêmes des « conspirationnistes » à la lumière de l’analyse de Gérald Bronner : « La logique conspirationniste est précisément celle qui ne parvient pas à se confronter à la complexité d’un monde beaucoup plus désordonné qu’on ne l’imagine. » (Gérald Bronner – Déchéance de rationalité, 2019).

Votre discours est celui de l’obscurantisme moyenâgeux qui renvoie à une volonté divine les souffrances de ce monde.

Votre credo : « L’histoire est écrite par les vainqueurs ! Notre rôle c’est de faire croire aux gens que c’est l’œuvre de personnes qui font des années d’études et maîtrisent des méthodes scientifiques ».

Dans le meilleur des cas vous êtes des victimes, dans le pire des cas vous êtes des complices.

Le 16 / 11 / 2020

  Entretien ci-dessus traité

 Cap au pire, par Frédéric Lordon.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.