Val et les hontes de la République

On pensait que le Val avait disparu de la sphère médiatique, mais non ! Voilà qu’il nous sert une chronique sur l’Islam, le Coran et qu’il fédère autour d’un texte ridicule et dangereux de prétendues sommités de la vie intellectuelle française (l’ineffable BHL, Valls le champion du monde de retournement de veste, Sarkozy le voyou de la République et j’en passe !).

Val est un type lamentable. Sa vie est jalonnée de trahisons pitoyables au service d’une ambition démesurée. Val est perpétuellement en blessure narcissique. Val souffre, Val aurait aimé être un intellectuel influent, un référent mondialement reconnu, comme Noam Chomsky. Val n’a eu que l’ambition, Val est bête. Val était certainement un élève de qui on disait « beaucoup de bonne volonté, mais a quelques difficultés à acquérir de nouveaux concepts ».

Val devant l’immensité de son inculture s’est mis en tête de citer. Alors Val a fait un effort de mémoire, il a appris par cœur une partie du dictionnaire des citations, et il nous en a abreuvées pendant des années, souvent, presque toujours, en dehors du contexte. Val est capable de dire « Tiens je m’taperais bien un p’tit blanc moi ! » en appuyant sentencieusement par un « comme le disait Schopenhauer ! ».

C’est une particularité qu’il partage avec le philosophe lamentable de l’Elysée. Pour se donner une légitimité intellectuelle qu’il n’avait pas, Val a fréquenté avec une assiduité pleine de componction les iconoclastes de salon prétendument phares de la pensée. BHL, l’auteur prolixe de conneries indescriptibles, pour qui des philosophes sérieux comme J. Bouveresse n’ont absolument aucune considération. Le genre d’écrivain misérable, comme Minc, qui cite des sources sans les vérifier et qui se roule ensuite avec délectation dans la fiente de sa honte pour essayer de faire oublier qu’il pue.

J’ai certainement dû marcher dans du Val du pied gauche je ne me suis jamais aperçu que cela m’avait porté bonheur. Val nous a assommés de chansons stupides avec des textes ronflants sur une musique interprétée à la guitare comme un adolescent pré pubère se livrant avec honte à un onanisme forcené. Val est un révolutionnaire de maisons de 3ème âge. Quand Porte et Guillon chatouillaient un pouvoir aux dérives fascisantes, Val s’insurgeait sur la couleur du papier à chiotte de France Inter. Val impressionne par l’étendue de sa bêtise et de ses compromissions. Val est un post moderniste aux valeurs approximatives. Val est un héros balzacien de mauvais goût. Si Val disparaissait, ce serait un excellente nouvelle, sans doute reprendrions-nous alors 2 fois du fromage au déjeuner. Il n’aura pas le plaisir de nous virer de F.I, nous n’y officions pas.

Apportons tout(e)s notre soutien aux musulmans de France, stigmatisés en traînant ces petits messieurs et ces petites dames dans la matière fécale dans laquelle ils évoluent.

La question centrale est de savoir si c’est l’Islam qui fabrique les croyants ou si ce sont les croyants qui fabriquent l’Islam ? Evidemment, l’Islam est fabriqué par les croyants. Alors laissons aux croyants de l’Islam le soin de se positionner face aux dérives mortifères de quelques meurtriers crétins en démontrant qu’ils n’ont rien à voir avec ces attentats ignobles.

Il est curieux de voir l’empressement de ce gotha liberticide stigmatiser l’Islam et le Coran. Ils mettent beaucoup moins d’empressement à dénoncer la communauté catholique dans ses dérives et la Bible dans leur référence. Les prêtres qui dans l’arrière sacristie violent des enfants, ça n’a pas eu l’heur d’indigner Val. Loth engrossant ses filles dans l’ancien testament n’a pas soulevé autant d’indignation. Tout cela est d’un ridicule consommé dont on pourrait se moquer si ces dérives n’étaient pas aussi graves et qu’elles ne stigmatisaient pas une communauté déjà tellement éprouvée au cours de son histoire moderne.

D’un autre côté quand on examine avec un peu d’attention les propos du Jupiter élyséen philosophe misérable faisant allégeance à l’église catholique et à ses représentants, on peut tout attendre de la doxa.

Val est un tout petit monsieur iconoclaste de salon qui aime citer les philosophes et les écrivains connus pour masquer la pauvreté de son discours. Val est ce que l’on fait de pire, un pauvre type qui se croit l’égal de grands intellectuels alors qu’il se bat avec son unique neurone, celui de son ambition dévorante.

Une fois de plus il vient de montrer sans complexes (c’est à la mode) son visage de médiocre. Porte et Guillon étaient des fous du roi, ils disaient haut au pouvoir des vérités que l’on ne pouvait pas entendre autre part. Supprimez les fous du pouvoir et vous aurez un fascisme ambiant dont Val est le serviteur zélé.

Rappelons que le représentant de la LICRA Alain Jakubowicz demanderait certainement aujourd’hui l’interdiction du fameux sketch de Desproges sur les Juifs. Que personne ne s’étonne donc de la progression des thèses nauséabondes du FN. Dans quelques mois nous aurons sûrement Monseigneur Barbarin qui ira bénir les identitaires débiles massacrant des migrants aux frontières sous les bons auspices d’une presse complice. Remarquez que Val cite très souvent les philosophes hors du contexte et mal à propos. Val est un pauvre type, Siné l’a dénoncé, il avait raison.

Je crois que je n’aime pas Val.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.