Perle macronesque 5

« Si j’étais chômeur, je n’attendrais pas tout de l’autre, j’essaierais de me battre d’abord. » (E. Macron)

On notera, d’un point de vue logique, que tout commence par une hypothèse -hypothèse de l’état de chômeur- et que tout finit dans une volonté et une morale guerrière. D’un point de vue philosophique il serait utile que le suzerain prétendu philosophe se souvienne qu’il est (très) contestable de prendre des hypothèses de raisonnement dans un champ conceptuel et d’en tirer des conclusions dans un autre.

On peut ainsi tenir à peu près n’importe quel raisonnement erroné mais surtout performatif.

Au-delà de ses artifices coutumiers de langage, le suzerain rappelle à l’ordre les « fainéants » et les « cyniques ». Macron a-t-il seulement l’espace d’un instant embrassé la situation de chômeur ?

Essayez d’être un peu sérieux, M. Macron, et cessez d’insulter les gens qui vivent cet état. Qu’attendent les chômeurs des autres ? Ils n’attendent plus rien de Pôle Emploi.

Ils s’y rendent dans une angoisse que vous ne connaîtrez jamais, avec l’espoir de ne pas être radiés afin de bénéficier des maigres deniers que la solidarité de plus en plus défaillante de l’État que vous représentez daigne leur accorder encore un peu. Les chômeuses et les chômeurs se battent M. Macron, ils se battent pour assurer leur quotidien et celui de leur famille, souvent en acceptant des tâches que vous-même ne feriez pas et que vous n’imaginez même pas. Vous êtes une caricature et comme telle vous caricaturez à outrance avec vulgarité.

Si élégante et amie de la mémoire qu’elle soit, la concision ne peut jamais, dans la nature des choses, rendre compte de tous les faits composant une situation complexe.

Macron, montrez-nous donc comment vous vous battez avec 800 € par mois, un loyer, des enfants, quelques assiettes à remplir et accessoirement vous soigner.

N’étant pas lecteurs assidus du « Nouvel Observateur », nous vous invitons cependant à lire cet article, parmi tant d’autres, qui relate la vie de ceux que vous méprisez : « Chômeurs au seuil de la retraite : ils vivent avec 480 euros par mois ».

http://tempsreel.nouvelobs.com/societe/social/20140220.OBS7175/chomeurs-au-seuilde-la-retraite-ils-vivent-avec-480-euros-par-mois.html
Mais vous avez raison sur un point M. Macron, les chômeuses et les chômeurs que vous engagez à se battre finiront par se battre contre ce pouvoir que vous incarnez avec tant d’arrogance.

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.