Les artefacts de la communication de Macron ou la vulgarité et la sottise comme sémantique

 

C’est l’air du temps, la médiocratie a pignon sur rue et vocifère sur les ruines médiatiques servant un pouvoir mortifère. Hanouna est un imbécile de premier ordre d’une vulgarité sans nom produisant et animant des émissions honteuses, il est sous cultivé dans un ego maladif, Hanouna est une grosse merde et je suis désolé pour les merdes de les comparer à Hanouna.

Hanouna est à lui seul un condensé de pathologies psychiatriques qui en tout autre temps mériterait le cortège pharmaceutique. Il a trouvé son alter ego féminin en la personne de Schiappa dont la vulgarité, l’histrionisme deviennent des références majorées de la bêtise crasse.

Que s’est-il passé entre les organismes unicellulaires de l’origine de la vie et ces deux transits intestinaux ? Comment est-il possible que de telles guenilles existent ? Sont-ils la création de phénomènes chaotiques ? Des formes inexpliquées et paradoxales de l’évolution ? On se trouve là, en-dessous de la ligne de flottaison de l’inimaginable. La vulgarité au carré sur une exponentielle de sottise. Dans l’ère de Macron-Néron nous avons, là, le couple archétypal d’une sous-humanité. Les jeux du cirque sont ouverts !

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.