Choc

L’an 2000 a fait rêver des auteurs de science-fiction. Pour leur grande majorité, les années 2000 étaient synonymes de vie quotidienne facilitée, avec les véhicules qui se piloteraient seuls –ça a pu être le cas en 2018 mais l’expérimentation est mise en stand by après le défaut d’un algorithme qui a choisi d’écraser un piéton-, l’automatisme qui remplacerait les tâches humaines –des entreprises ont fermé les unes après les autres, les machines ont remplacé l’homme, et l’on ne connaît quel sera l’horizon professionnel d’ici 30 ans car l’ère numérique modifie beaucoup plus vite la réalité connue que l’ère industrielle. Facilitations, certes, mais que deviendront les individus habiles manuellement par exemple, mais très loin de la capacité d’analyses de données ? Même si ceux qui prévoyaient les années 2000 n’ont pas envisagé que des robots guideraient les voyageurs dans des aéroports ou porteraient des personnes âgées de leur lit à leur fauteuil, jamais ne leur est venu à l’esprit -tout imaginatif était-il-, qu’en 2018 des personnes travaillant justement auprès de personnes hospitalisées en viendraient à se mettre en grève de la faim afin de réclamer des moyens décents pour soigner leurs patients !

Comment auraient-ils pu entrevoir que le régime capitaliste ferait fi de tout bon sens et d’humanité ? Qu’un des slogans lors de manifestations dans les rues serait « Le paradis est fiscal, l’enfer est à l’hôpital » ? Pouvaient-ils concevoir qu’un individu totalement à la botte d’une mascarade d’Union Européenne (au détriment de la souveraineté du peuple français) serait élu à la tête du pays parce que 9 personnes possèdent 90 % des médias ? Que cette même caste médiatique s’emploierait à minimiser tout mouvement contestataire citoyen tout en taisant des aberrations tel l’agrandissement de la précarité des moins rétribués contre la favorisation des plus riches ?

En s’attardant quelque peu sur le sujet, citons le style d’actions du gouvernement dont un des soucis majeurs devrait être la certitude d’un revenu décent pour chaque citoyen, c’est-à-dire un emploi. Plutôt que de s’y employer, il lui est plus facile de qualifier les allocations sociales « aides » plutôt que d’entendre qu’elles correspondent à une part du revenu, et de décider de les diminuer. Pardon ? Oui c’est une directive du président Macron que suit allègrement un de ses ministres, Gérald Darmanin, celui-là même qui percevait 7 500 € mensuels avant de prendre sa fonction. Il décide de réduire les bas salaires, trouvant la prime d’activité trop élevée. Peut-il lui-même se représenter ce que signifie vivre dans cette société où les coûts ne cessent d’augmenter avec 285 à 1482 € mensuels –montants de salaires qui permettent cette prime- ? Que représentent pour ceux qui prennent ces décisions de sabrage 5 € de moins d’APL par mois, ou de devoir assurer avec 15 € de diminution lors de l’arrivée au foyer d’un nouvel enfant ? N’est-ce pas caricatural que la ministre de la santé, Agnès Buzyn, qui a elle-même annoncé cette mesure d’économie du gouvernement, ait perçu 221 762 € en 2016 ? Qu’elle reçoit actuellement dans les 12 000 € mensuels en tant que ministre des Solidarités et de la Santé ? Cela n’a aucun rapport penserez-vous ? Et sa conscience, qu’en est-il alors que des salariés mettent leur santé en péril pour réclamer son écoute au sujet de leurs conditions de travail qui atteignent en conséquence l’état de santé de leurs patients ? On pouvait déjà rapprocher la politique de M. Macron au thatchérisme des années 80 au Royaume-Uni, mais cette Agnès Buzyn va-t-elle aller jusqu’à se montrer autant tyrannique que la Thatcher elle-même ?

Oui, il faut être parvenus au XXIème siècle pour voir des salariés au très moyen revenu mettre sciemment leur vie en danger et, déjà pour certains, vivre des conséquences irrémédiables sur leur santé, en dernier ressort face à une indifférence assassine d’un gouvernement soi-disant responsable du bien-être de la population du pays.

 

 

Une réponse

  1. RichardH dit :

    Efficace, sensible, concis, synthétique. Bravo, merci.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.